LARA TALEB JURISTE EN FISCALITÉ INTERNATIONALE EST L’INVITÉE DE WOMEN e LIFE

En dehors de la crise sanitaire qui joue les prolongations un peu partout dans le monde par variant Delta interposé, l’été 2021 est marqué par d’autres dossiers très chauds liés à la brûlante question de la fiscalité internationale.
À croire que dans ce domaine, décision a été prise de tout faire en même temps, à l’issue de longues négociations.

Pour s’en convaincre, il suffit de reprendre les évènements qui se sont enchaînés dans un court espace-temps.

Le 9 juillet, à Venise, un accord planétaire historique est signé par le G20 pour la mise en place d’un impôt minimum sur les bénéfices « d’au moins 15% » visant à répartir équitablement entre les pays les droits à taxer les profits des multinationales.

Le 12 juillet, l’UE est amenée à reporter un autre projet concernant cette fois plus spécifiquement la taxation des entreprises du numérique déjà dans le collimateur, les États-Unis s’opposant pour le moment à l’entrée en vigueur de cette mesure.

Et le 14 juillet, un nouveau feu d’artifice a résonné sur le plan fiscal au niveau européen.
La Commission européenne a en effet dévoilé son « fit for 55 ». Fort de douze directives et règlements, ce dernier a pour objectif de réduire les émissions carbones du continent d’au moins 55 % d’ici à 2030, via la non moins fameuse taxe carbone.

Face à cette abondante actualité fiscale, Women e Life a estimé utile de recueillir l’opinion d’une jeune avocate, juriste spécialisée en fiscalité internationale.

Âgée de 34 ans, Lara Taleb est Libanaise. Trilingue, elle a obtenu un master en droit des affaires en 2014 au Liban. En 2019, elle a quitté son pays pour suivre ses études supérieures en France dont elle est sortie doctorante en 3éme année en droit privé et sciences criminelles, une spécialité fiscalité à l’École Doctorale de Sciences Juridiques de l’Université Grenoble Alpes (CRJ). Son projet de thèse avait pour thème « l’échange de renseignements à des fins fiscales », une étude comparative entre les droits Libanais, Français et Suisse.

Jeune avocate au barreau de Beyrouth depuis deux ans et disposant de plus de quatre années d’expérience dans le domaine juridique entre le Liban et la France, Lara Taleb est également enseignante vacataire chargée de TD en droit des sociétés et droit des contrats à l’Université Grenoble Alpes.

Actuellement en vacances au Liban, Lara Taleb a accepté de répondre aux questions de Patrick Gorgeon, rédacteur en chef de Women e Life.
Une interview réalisée aujourd’hui 16 juillet 2021 qu’il vous est possible d’écouter en cliquant sur le module audio qui figure ci-dessous.

1 commentaire sur “LARA TALEB JURISTE EN FISCALITÉ INTERNATIONALE EST L’INVITÉE DE WOMEN e LIFE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.