EN REGARDANT ET EN ÉCOUTANT JOY CROOKES VOUS ALLEZ CRAQUER

Il n’a pas été facile de choisir la chanson tirée du premier album de Joy Crookes, en ce week-end de novembre 2022.

Mais en réaction à la toujours assez triste ambiance de cette période l’année, Women e Life a estimé judicieux de retenir à titre d’exemple son interprétation en live de  » When You Where Mine » tiré de son premier album « Skin ».

De quoi vous donner envie de découvrir le talent monumental de cette jeune chanteuse de 23 ans qui porte magnifiquement son héritage bangladais-irlandais et son enfance dans le sud de Londres, qui permet d’entendre une voix dont le timbre n’est pas sans résonner façon Amy Winehouse.

L’occasion de vous signaler qu’avant de se produire dans bien d’autres capitales, Joy Crookes sera le 10 février 2022 à la Gaîté Lyrique, à Paris, pour un concert unique.

Les paroles de ses  chansons sont profondes, pleines d’âme. Elles mêlent traumatismes et commentaires sociaux à des mélodies entraînantes et à un style rétro imprégnés d’une sagesse durement acquise et d’une curiosité pour ce qui l’entoure.

En avouant sa vénération pour des chanteuses telles qu’Ella Fitzgerald et Nina Simone, elle se singularise en abordant des thèmes sociopolitiques plus larges, qui lui ont permis de créer un album vibrant, urgent et débordant de vie.

Avec « 19th Floor », aux accents trip-hop, Londres devient un champ de bataille, Crookes revendiquant la ville tout en faisant face à son appétit étouffant pour l’embourgeoisement.

Avec « Unlearn You From My Body », elle subvertit la ballade romantique pour livrer une chanson sinistre, mais étonnamment belle qui traite des effets durables de la violence sexuelle. Autant de sujets qui ne sont pas sans faire écho à ceux qui ont nourri cette semaine les chroniques sur Women e Life.

Joy Crookes précise que son album s’appelle « Skin » parce que : « biologiquement, c’est l’une des parties les plus solides de notre corps, mais socialement et extérieurement, elle est souvent utilisée contre nous ».

Lorsqu’elle a commencé à écrire la mélodie de ce dernier titre, elle a réalisé ce dont elle essayait vraiment de parler : une chose qui arrive à tant d’hommes et de femmes qu’elle décrit ainsi :
« Vous vous trouvez dans une situation où quelqu’un d’autre prend le contrôle de votre corps, de votre esprit, de tout, et comment survivez-vous ? Comment trouver un moyen de désapprendre cela de votre corps et de ne pas le blâmer et de ne pas vous blâmer vous-même ? »

De quoi conclure par un aphorisme : à fleur de Skin vous laisseront toutes les chansons qui battent au cœur de son premier album. Amazing !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.