ARYA RAJENDRA DEVIENT LA PLUS JEUNE MAIRE D’UNE VILLE CAPITALE EN INDE

Women e Life a le plaisir de démarrer l’année 2021 sur une bonne nouvelle qui confirme celle donnée par le magazine Contrepoints. Les jeunes de 18 à 24 ans sont les citoyens d’aujourd’hui et les décideurs de demain. Un constat qui ne concerne pas que la France, et se trouve illustré notamment par un évènement survenu fin décembre dans l’immense pays du sud de l’Asie devenu un moteur de la croissance économique mondiale.

Il s’agit en l’occurence de l’élection de Arya Rajendran en qualité de maire de Thiruvananthapuram,  capitale de l’État du Kerala et de son agglomération, qui devient à 21 ans, la plus jeune élue locale en Inde. Une réussite qui ne peut toutefois faire abstraction des conséquences de la crise sanitaire qui frappe également ce grand pays.

A ce jour, le coronavirus a infecté plus de 1 million de personnes et provoqué plus de 150.000 décès.

Alors que la lutte contre la Covid-19 conduit partout dans le monde à engager d’importantes campagnes de vaccination, en Inde deux vaccins – Covishield du Serum Institute of India (la variante indienne du vaccin AZD1222 développé par l’Université d’Oxford et AstraZeneca) et Covaxin de Bharat Biotech ont été approuvés par le contrôleur général des médicaments de l’Inde (DCGI) pour une utilisation d’urgence restreinte.
Le gouvernement s’est déclaré désormais prêt à se lancer dans l’un des plus grands programmes de vaccination, avec près de 30 millions de doses destinées dans une première phase aux travailleurs de première ligne.

Si comme l’écrit Aashi Sadana, journaliste pour the Indian Express, : « La pandémie de coronavirus a mis en lumière le leadership féminin comme jamais auparavant » on ne peut nier les impacts négatifs que cette dernière a généré pour les femmes en termes de discrimination, d’emploi, de violences conjugales…
On comprend aisément qu’en prenant la direction d’une ville de plus de 1 million d’habitants, la mission de la nouvelle jeune élue représente plus que jamais d’un véritable challenge.

Arya Rajendran, qui a fait campagne spécifiquement pour la gestion des déchets et l’éducation des filles est communiste.

Fille d’un électricien et d’une employée d’une compagnie d’assurance, elle déclare vouloir remplir son devoir de maire tout en continuant à étudier.

Maire d’une ville qualifiée par Gandhi de « verte cité de l’Inde », cette dernière se singularise pour plusieurs raisons.

Tout d’abord parce que Thiruvananthapuram est la capitale de l’Etat le plus alphabétisé et le plus développé socialement.
De plus, l’espérance de vie y est comparable à celle des pays occidentaux.

Thiruvananthapuram regroupe de nombreux établissements d’éducation, notamment l’Université du Kerala. Nombre de centres d’éducation professionnelle se trouvent dans la ville et ses environs, dont quinze écoles d’ingénieur, trois écoles de médecine, trois écoles d’ayurveda *, deux écoles d’homéopathie, six autres écoles liées à la médecine, et deux écoles de droit.

Cette ville abrite tout un réseau de centres de recherche et développement entre autres dans les domaines des sciences spatiales, des technologies de l’information et de la communication, de la biotechnologie, de la médecine.

Dans un pays où la criminalité sexiste et la violence sexuelle sont régulièrement rapportées dans les médias mondiaux et classées parmi les trois plus dangereuses pour les femmes, Arya Rajendra incarne l’espoir d’un changement profond dans le fonctionnement de la société indienne qui marque son souhait de s’appuyer sur sa jeunesse pour relever les défis d’avenir.

Women e Life adresse à l’heureuse jeune élue ses voeux de santé et de succès.

* Médecine traditionnelle indienne, l’ayurvéda regroupe la diététique, la phytothérapie, l’aromathérapie, les massages, le yoga, le chant, la respiration et la méditation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.