TOUT EST BLACK

Depuis que la pandémie de COVID-19 frappe un peu partout dans le monde et fragilise l’équilibre précaire d’une société en proie aux incertitudes de toutes natures, tout est black.

Et la liste qui figure ci-dessous ne saurait être exhaustive puisqu’en réalité tout y passe à l’échelle nationale comme internationale :
– politique
– économie
– santé,
– social
– environnement…

Vous pouvez ajouter ce qu’il vous semble bon.

Tout cela sans parler du fameux jeudi 27 novembre, autrement dit du « Black Friday » importé des Etats-Unis, destiné à provoquer à coup de promotions délirantes une surconsommation de produits aussi indispensables que totalement inutiles.

Une gabegie consumériste -un euphémisme- organisée qui joue souvent les prolongations et n’a en raison de son caractère massif de réelle portée et intérêt que pour les grandes surfaces et commerces en ligne qui disposent de stocks énormes de marchandises, contrairement aux petits commerces dont les moyens sont par définition sans commune mesure.

Les réactions critiques auxquelles a donné lieu la demande exprimée hier par Bruno Lemaire, ministre de l’Economie et des Finances, qu’il soit procédé à un décalage de cette journée foire d’empoigne à une date ultérieure sont quelque peu surprenantes. Surtout lorsqu’on sait à quels mouvements de foule ce type d’évènement donne lieu.

Lorsqu’on regarde les réalités en face, le caractère irrationnel voire préjudiciable d’un  » Black Friday » en pleine crise sanitaire qui nous vaut confinements à rebondissements, gestes barrières, distanciation sociale et autres couvre-feux apparaît flagrant.

Dans le même temps une relative bonne nouvelle également teintée de black plus encourageante mérite d’être retenue. Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a en effet déclaré jeudi matin sur BFM TV: » La France ne connaîtra pas de « black-out » électrique cet hiver ».
Un optimisme nuancé puisqu’il a été précisé dans la foulée que le pays pourrait néanmoins devoir recourir à des coupures à « certains moments » en cas de températures en dessous des moyennes saisonnières »

Décidément cette année 2020 restera gravée dans toutes les mémoires comme une « Black Year ».

Il ne reste plus qu’à espérer que 2021 se teinte d’un blanc nacré ou du moins de couleurs réjouissantes propres à redonner espoir en un possible monde meilleur.

Car de « Black vaccins » sont annoncés. Sans qu’on sache quand ces derniers seront réellement disponibles pour tous, force est de reconnaître que eux seuls pourront sonner le glas du Coronavirus, sans toutefois nous mettre à l’abri de bien d’autres menaces.

Que de beaux lendemains à l’horizon !
Allez, finissons en chanson made in France un peu Johnny « Black is black »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.