IRAN ET COVID-19

Alors que la pandémie de coronavirus contraint de par le monde chacune et chacun à connaître une crise sanitaire inédite qui aura un fort impact économique et social, les chefs d’Etat de la plupart des pays s’emploient à mener de multiples actions pour tenter de limiter les risques encourus par la population, en imposant entre autres des mesures de confinement.

Women e Life, webmag féminin indépendant ouvert sur le monde qui a pour devise  » Regarder les réalités en face et donner de la voix » se tiendra donc en ces temps particulièrement difficiles à l’écoute de tout témoignage de français comme d’étrangers.

C’est la raison pour laquelle en ce vendredi 20 mars, jour où les Iraniens célèbrent la fête de Nourouz, le Nouvel An dans la tradition perse, votre webmag féminin indépendant ouvert sur le monde devrait être sous peu en mesure de vous faire partager celui qu’Hami, notre correspondante en Iran qui a déjà eu l’occasion de s’exprimer sur Women e Life, livrera via un podcast audio en anglais, concernant la situation qui prévaut depuis quelques temps au sujet du COVID-19 dans son pays.
Selon le ministère iranien de la Santé, plus de 1.284 décès liés au Covid-19, ont été enregistrés.

L’Iran arrive ainsi au troisième rang des États les plus touchés, derrière la Chine (3 245 morts) et l’Italie (2 978 morts).

Déjà mal en point en raison des sanctions économiques imposées par les Etats-Unis, cette pandémie menace d’isoler davantage l’Iran, plusieurs pays ayant suspendu leurs vols après que des cas de coronavirus chez des voyageurs en provenance d’Iran ont été confirmés au Canada, au Liban, aux Émirats arabes unis, en Afghanistan et en Irak.

Certains pays voisins ont fermé leurs frontières. L’agence de presse officielle des Emirats arabes unis a annoncé mardi que l’aéroport international de Dubaï avait suspendu tous les vols à destination et en provenance de l’Iran.

Mais le plus grave et préoccupant en République islamique comme en France et dans bien d’autres pays, est de constater qu’en dépit des appels de plus en plus pressants lancés par les autorités en termes de précautions sanitaires pour que chacun(e) reste chez soi, ces derniers se heurtent à l’insouciance voire au déni d’un partie non négligeable de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.