BLONDE OU BRUNE RENEE ZELLWERGER SACREE MEILLEURE ACTRICE

Women e Life, webmag féminin ouvert sur le monde, ne saurait en aucun cas chercher à vous influencer concernant la couleur de vos cheveux. On a coutume de dire : « c’est vous qui choisissez! »

Mais revenons à l’évènement qui vous vaut cette chronique.

La 92e cérémonie des Oscars qui a eu lieu, dimanche 9 février, à Los Angeles, a permis au 7e art de distinguer ce qu’il y a de plus plus beau et de vrai dans le cinéma.

A savoir cette époustouflante capacité qu’ont des hommes et des femmes d’incarner à merveille des individus très éloignés de leurs véritables personnalités, et leur permet de devenir comme par enchantement acteurs et actrices vedettes.

Savoir se métamorphoser tel un caméléon pour entrer dans la peau d’un personnage est un don dont Kirk Douglas, monstre sacré du cinéma, mort la semaine dernière à l’âge de 103 ans, soulignait d’ailleurs toute l’importance, soulignant au passage qu’il n’était pas dans la vie courante ce cowboy du far west ou aurige de l’époque gréco-romaine.

Mais revenons à l’essentiel.
Blonde ou brune, Renée Zellweger, qui s’était déjà vue décerner en 2004 l’Oscar du meilleur second rôle dans » Cold Mountain », une fresque historique en pleine guerre de Sécession, signée Renée Zellweger, a cette fois décroché l’Oscar de la meilleure actrice. Une reconnaissance et un titre bien mérités !

Cette comédienne de 50 ans, fort discrète sur les plateaux depuis plusieurs années, histoire de se mettre au vert et suivre des études de droit public, se révèle au top en interprétant avec maestria Judy Garland. Une performance qui lui a permis de rafler nombre de trophées, du Golden Globe au Critics Choice Award.

Judy Garland

En se voyant remettre l’Oscar de la Meilleure Actresse pour Judy, Renée Zellweger a rendu hommage à la fantastique actrice, chanteuse et danseuse américaine, décédée le 22 juin 1969 à Londres, qui était considérée par l’American Film Institute comme la huitième meilleure actrice de légende du cinéma.

En dédiant sa victoire à sa famille qui a accompli le rêve américain en s’installant aux États-Unis ses propos d’Oscar en main, n’ont pu que résonner aux oreilles du 45e président des Etats-Unis lorsqu’elle a déclaré: «Quand nous célébrons nos héros, nos légendes, nos soldats, nos pompiers, nous sommes unis.»
« Merci à mes camarades immigrés qui sont venus jusqu’ici pour vivre leur rêve américain », a-t-elle précisé avant d’ajouter, en brandissant la statuette : « Qu’est-ce que vous en dites ? »

Ceux et celles qui doutent des pouvoirs du cinéma, se doivent de reconnaître la puissance des éclairages qu’il apporte sur de multiples situations. De plus, il offre la possibilité aux acteurs et actrices oscarisés, de dénoncer à l’échelle planétaire, des réalités qui resteraient sans mémoire.

Démonstration de la pertinence des regards portés par des  réalisateurs et metteurs en scène sur les dysfonctionnements de la société, « Parasite », le film de Bong Joon-ho qui devient le premier long-métrage sud-coréen à remporter l’Oscar du meilleur film. Ce thriller social qui raconte comment une famille de parvenus va prendre possession de la vie d’une autre famille, beaucoup plus aisée, dépeint la violence des inégalités sociales avec une grande maîtrise formelle.

Quant à « Judy », un film biographique musical américano-franco-britannique réalisé par Rupert Goold, dans lequel vous retrouverez Renée Zellweger, il sortira dans les salles françaises le 26 février. Il ne manquait plus que la bande-annonce du film. Wel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.