PUISQU’ON VOUS DIT QUE LE LUXE SE PORTE A MERVEILLE !

Ce n’est pas la superbe surprise annoncée hier par Women e Life qui requiert de votre part encore un peu de patience, mais plus simplement la confirmation de ce que nous annoncions dans une récente chronique intitulée :  » Réalités de l’univers du luxe et de la mode à livre ouvert » ayant trait au livre formidable écrit par Astrid Wendlandt.

Dans son anthropologie du glamour titrée  » Le Luxe à la conquête du Monde », fruit de quatre ans d’enquête et de centaines d’interviews, la journaliste qui a notamment dirigé pendant plus de 10 ans la rubrique luxe de l’agence Reuters à Paris, apporte de nombreuses et précieuses réponses à la question :
« Comment l’industrie du luxe et de la mode, quasi inexistante il y a quarante ans, est devenue une puissance mondiale ? »

Avec un chiffre d’affaires mondial de l’ordre de 276 à 281 milliards d’euros et une croissance qui s’annonce en 2019 comprise entre 6 et 8 %, à taux de change constants, le marché mondial du luxe a de quoi faire rêver.

Voilà pourquoi, servie avec doigté, l’information concernant l’acquisition ce lundi du joaillier américain Tiffany par LVMH – pur made in France – dirigé de main de maître par le milliardaire Bernard Arnault pour environ 14,7 milliards d’euros (16,2 milliards de dollars), mérite d’être portée dans le fil d’actualité de votre webmagazine féminin ouvert sur le monde. Il s’agit en effet est de plus importante acquisition dans l’histoire du groupe.

On peut parler de noce en or !

L’acquisition de Tiffany va augmenter le résultat opérationnel de LVMH de 500 à 600 millions d’euros dès 2020.

Faut-il rappeler que deux jours après la première offre de LVMH, Bernard Arnault, le PDG du groupe, a inauguré un atelier Louis Vuitton au Texas avec le président Donald Trump. L’acquisition du joaillier américain fondé en 1837, illustre l’attachement de son PDG aux États-Unis, où Tiffany, réputé pour ses diamants et célébré dans Breakfast at Tiffany’s, réalise une part très importante de son chiffre d’affaires mondial (4,4 milliards de dollars en 2018).

Cette acquisition permettra entre autres de rééquilibrer la répartition géographique des ventes de LVMH (24 % aux États-Unis et 36 % en Asie l’an passé), qui connaît une croissance particulièrement vive en Chine continentale.

Voilà comment on devient leader sur le segment très saillant de la joaillerie !

Une belle opération qui permettra de rééquilibrer la répartition géographique des ventes de LVMH (24 % aux États-Unis et 36 % en Asie l’an passé), et surtout d’épouser au mieux la croissance particulièrement vive en Chine continentale.

Women e Life se posait la question de cadeaux à offrir pour les fêtes de fin d’année.

Vous avez le choix entre un magnifique bijou d’un certain prix ou moins poétique des actions LVMH dont la valeur grimpe au cou des femmes et des hommes.

A votre place, je réfléchirais à deux fois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.