MARIE-AGNES GILLOT : UNE DANSEUSE ETOILE SIMPLEMENT MAGNIFIQUE

Après vous avoir montré dans une récente chronique consacrée à la création fashion que l’homme pouvait se transformer en papillon, un saut de chat permet à Women e Life de vous apporter la démonstration qu’une danseuse étoile peut avoir la grâce d’une libellule sachant défier le temps. De quoi vous inciter à chausser des ballerines.

Née en 1975 à Caen, en Normandie, Marie-Agnès Gillot est admise à l’âge de 9 ans à l’école de l’opéra de Paris. Petit rat, elle suit toutes les répétitions malgré sa double scoliose. Sur sa lancée, elle gravit tous les échelons du corps de ballet, mais devra attendre ses 29 ans pour être nommée étoile, dans « Signes » de Carolyn Carlson.
Pour la première fois, en 2004, un danseur est ainsi consacré dans un ballet contemporain.

Le 31 mars 2019, en quittant les scènes des Opéra Bastille et Garnier avec un ballet de Pina Bauch intitulé « Orphée et Eurydice », Marie-Agnès Gillot a en réalité tiré sa révérence en laissant à notre adresse bien des souvenirs et en se montrant toujours animée de nombreux projets. Tel un corps en mouvement, de danse il sera toujours question, mais aussi de cinéma, théâtre, littérature…
En déclarant :  » C’est dans la chute que je prends mon élan » , elle confirme ce qu’a toujours été et reste son tempo de vie.

Consciente que la danse classique ne laisse pas place à l’improvisation, Marie-Agnès Gillot qui témoigne sans ambages de sa volonté et de son aptitude à ne pas se laisser emprisonner dans un seul registre, se plait à souligner : » Le corps sculpte selon l’oeuvre que j’interprète »

Pour illustrer cette chronique, Women e Life aurait pu reprendre le formidable clip vidéo visionné sur Youtube par plus de 3 millions de personnes, dans lequel on la voit évoluer aux côtés d’Arthur H dans :  » La Boxeuse Amoureuse ».

L’occasion de préciser que le 20 avril 2020, Marie-Agnès Gillot proposera avec cet auteur-compositeur-interpète et musicien français, par ailleurs peintre et illustrateur, une soirée concert inédite à La Scène musicale de Boulogne Billancourt. Parmi les promesses de la soirée, figure entre autres une création scénique qui permettra de voir Marie-Agnès Gillot danser avec le boxeur Champion de France Souleymane Cissokho qu’elle combattra.

Mais avant l’année prochaine, sans doute souhaiterez-vous revoir ou découvrir cette étoile exceptionnelle qui a dansé sur les œuvres des plus grands chorégraphes avec les meilleurs danseurs.

D’où un rendez-vous à ne pas manquer. Le 22 novembre, pour fêter l’indépendance du Liban, elle interprétera pour la première fois « The Dress », un solo que la chorégraphe Nada Kano réadapte spécialement pour elle.
Dans une seconde partie, elle rejoindra le pianiste Simon Ghraichy aux multiples racines (dont libanaises) pour une création autour du temps sur des partitions de Glass, Nyman, Gonzales, Szymanski…

A croire que l’incarnation du rôle de la Pieta* au moment de son départ des Opéra Bastille et Garnier, n’était en fait que le signe avant-coureur d’une projection de cette danseuse étoile vers un univers paradisiaque avec des projets plein la tête, portés par un corps dont les mouvements soulignent son authentique talent d’artiste.

A 44 ans, Marie-Agnès Gillot qui a son franc parler et sait marié humour, raison et culture, n’a pas finit de nous surprendre.

* La Pietà est une statue en marbre de Michel-Ange de la basilique Saint-Pierre du Vatican à Rome, représentant le thème biblique de la « Vierge Marie douloureuse », tenant sur ses genoux le corps du Christ descendu de la Croix avant sa Mise au tombeau, sa Résurrection et son Ascension

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.