ALISON TEAL : L’INDIANA JONES DE L’ECOLOGIE

De plus en plus de femmes s’engagent concrètement en faveur de la protection de l’environnement et se montrent résolument déterminées à lutter contre le réchauffement climatique en dénonçant tout ce qui concourt à aggraver la situation en termes de gabegies et pollutions à l’échelle planétaire.

Bien que la prise de conscience des enjeux  mais aussi la volonté de remédier aux risques induits par ces phénomènes en grande partie liés à l’activité humaine, ne soient pas l’apanage que de la seule  gent féminine, le fait est beaucoup de femmes se montrent guerrières, prêtes à en découdre !

ALISON TEAL

Tel est bien sûr entre autres le cas de Greta Thunberg qui dans deux ans aura passé le cap de ses 18 ans.
Elle sera alors majeure et ne pourra plus être qualifiée comme aujourd’hui par certains de « gamine » en proie à une lubie passagère. Plus personne ne pourra lui reprocher d’avoir su mobiliser la jeunesse pour mener un légitime combat.

Peut-être deviendra t’elle la représentante officielle d’une génération qui aura intégré, de gré ou de force, dans son mode de vie et de travail, l’impérieuse nécessité de changer de comportements et de trouver un autre paradigme de développement.

Lors de sa récente intervention dans une salle en sous-sol ( précision importante) de l’Assemblée nationale, la jeune suédoise a fort justement invité son auditoire à lire la page 108 du chapitre 2 du dernier rapport du GIEC.

Autrement dit, elle s’est gardée de jouer les Cassandres en préférant s’appuyer sur les données de scientifiques dont la qualité des travaux n’est plus mise en doute.

Elle a eu raison de préciser :  » En page 108, vous trouverez le chiffre du budget carbone qui reste à notre disposition. Le rapport dit que si nous voulons avoir 67% de chance de limiter l’augmentation des températures en dessous des 1,5 degrés, nous avons 420 gigatonnes de CO² dans notre budget. Bien entendu ce chiffre est bien inférieur aujourd’hui. Nos émissions s’élèvent à 42 gigatonnes de CO² chaque année. Au niveau d’émission que nous connaissons aujourd’hui, le budget qui nous reste sera complètement épuisé d’ici huit ans et demi »
Voilà qui méritait d’être dit !

Aussi, au moment où les vacanciers français et étrangers se rendent en masse  sur des sites balnéaires en de nombreux points du globe, afin de profiter de ce que « Dame Nature » offre aux Terriens côté mers et océans , les actions menées par Alison Teal, une Hawaïenne surfeuse, nous ont semblées devoir s’ancrer dans les esprits.

Soucieuse de contribuer à la préservation d’un univers marin qui étouffe sous les déchets plastiques, cette jeune femme nous entraîne sur la vague écologique.

Les documentaires qu’elle tourne pour illustrer et, surtout dénoncer les immenses dégâts causés par ces déchets en tous genres qui ne pourront jamais être vraiment éliminés sans actions drastiques des humains, nous obligent à revenir à la surface !

Planche rose en plastique recyclé sous le bras, Alison Teal parcourt le globe et tourne des documentaires sur l’écologie pour sa chaîne YouTube « Alison’s Adventures » que nous ne pouvons que vous inviter à consulter.

Depuis les Galápagos où elle s’est rendue pour nettoyer les plages, cette Hawaïenne explique : « L’océan est mon terrain de jeu, je me dois de le protéger et de montrer l’exemple aux générations futures. Certaines de mes vidéos, où je surfe sur des eaux envahies par le plastique, deviennent virales et contribuent à faire bouger les lois. Je suis une sorte d’Indiana Jones ambassadrice de l’écologie. »

Face au courant favorable en faveur de la protection de notre environnement et d’une lutte active à l’échelle individuelle et collective contre le réchauffement climatique que les gouvernements de tous les pays sont priés de prendre au sérieux, Women e Life n’hésitera pas à naviguer vent débout pour faire entendre raison.

C’est la raison pour laquelle, après avoir écouté dimanche sur France Culture Valerie Masson-Delmotte, paléoclimatologue française, directrice de recherche au CEA et co-présidente du groupe nᵒ 1 du GIEC depuis 2015, Women e Life a pris l’initiative de lui lancer une invitation pour qu’elle apporte son témoignage de scientifique sur ce webmagazine féminin ouvert sur le monde.

Women e Life reviendra donc prochainement sur l’un des sujets brûlants qui concerne tous les habitants de la planète.
En attendant, ce clip vidéo d’Alison Teal donne à réfléchir . Il invite à agir avant qu’il ne soit trop tard !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.