DANS LA FAMILLE « TRUMP » JE DEMANDE LA REINE DE LA BANQUE MONDIALE

Ce n’est pas un jeu, mais ça peut surprendre !

Alors que les noms des potentiels remplaçants de Jim Yong Kim à la tête de la Banque mondiale commencent à circuler,  celui  d’ Ivanka Trump, fille du président Donald Trump et actuelle conseillère à la Maison Blanche, figure  sur la liste des candidats en lice.

C’est du moins  ce que laissait entendre  vendredi le Financial Times.

Les noms de Nikki Haley, ancienne ambassadrice américaine à l’ONU, et de Mark Green, président de l’agence américaine de développement international (Usaid), sont également cités par le quotidien des affaires britannique qui ne dévoile pas ses sources.

Une information qui tend néanmoins à  apporter la démonstration d’une possible féminisation d’une institution financière internationale qui   conduirait à s’adresser à la  gouverneure ou  gouverneuse, termes qui  figurent bien dans le  dictionnaire, même si présidente fait l’affaire.

Remarquez, côté  français, on  aurait tort  de se plaindre  puisque Christine  Lagarde, occupe  depuis 2011 la haute  fonction de directrice générale du Fonds monétaire international .

So Why not ?

Women e-life qui  vient de trouver un joli sujet sur lequel se pencher pour  démarrer 2019, ne manquera  pas de  vous en dire plus.

Car deux  questions  méritent d’être posées:

Que  fait  concrètement la Banque mondiale ?

La présence d’une femme  de la  trempe d’Evanka à la tête de cette vénérable institution,  conduirait-elle cette  dernière à changer de profil  voire à repenser radicalement sa stratégie  en matière  d’aides aux pays en voie de développement ?

Toutefois,  afin de  vous éviter d’avoir à abattre vos cartes trop vite, vous retiendrez qu’Evanka Trump  n’est pour le moment  inscrite qu’en  qualité de  sérieuse candidate  à la tête  de la BM.  En attendant la nomination du ou de la  prochain(e) président(e), l’intérim sera assuré par Kristalina Georgieva, l’actuelle directrice générale de la Banque mondiale.

Pour connaître  le nom du  successeur  de Jim Yong Kim qui dirigeait la Banque mondiale depuis six ans, et dont le mandat n’expirait qu’en 2022, il faudra attendre son départ, le 1er février.

C’est en effet au comité exécutif   qu’il reviendra de nommer l’heureux ou l’heureuse  élue,  sur une liste restreinte de trois candidats.

Mais peut-être êtes-vous impatient et tenez déjà en main la bonne carte. C’est à vous de jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.