AVEC NANCY PELOSI DEMOCRATE ET PRESIDENTE DE LA CHAMBRE DES REPRESENTANTS AUX ETATS-UNIS DONALD TRUMP TROUVE A QUI PARLER

Peu  avant son élection, le 3 janvier 2019, à la présidence de la Chambre des représentants aux Etats-Unis, Donald Trump avait  fait preuve d’égards assez inhabituels  vis à vis de Nancy Pelosi,  candidate démocrate et  surtout opposante  ouvertement déclarée.

Sur un ton certes sarcastique, il n’avait pas tari d’éloges concernant cette  femme  dont l’expérience  comme le parcours politiques imposent respect en déclarant :

«Démocrates, veuillez ne pas vous éloigner de Nancy Pelosi. C’est une personne merveilleuse dont les idées et les politiques sont peut-être mauvaises, mais qui devraient absolument avoir une quatrième chance »,

On  comprend  donc qu’il ait  félicité Nancy Pelosi sans tarder,  cette dernière retrouvant  ainsi le fauteuil  de présidente qu’elle avait  déjà occupé de 2007 à 2011.

Les  démocrates place à leur tête une  femme distinguée qui n’est pas  du genre à s’en laisser compter.

Aujourd’hui âgée  de 78 ans, cette ancienne membre du Congrès est depuis longtemps la cible de républicains conservateurs qui se disent trop libéraux et trop élites pour faire appel aux électeurs de la classe moyenne. De  plus, avant  l’échéance  électorale, certains candidats démocrates s’étaient engagés à voter contre elle.

Une fois élue, sa présence au perchoir entourée d’enfants, envoie à n’en pas  douter un message.

United States Senate Minority Leader Chuck Schumer (Democrat of New York) and US House Speaker-designate Nancy Pelosi (Democrat of California) talk to reporters outside the West Wing of the White House following a contentious meeting with President Donald Trump on shutting down the government over border security differences, in Washington, D.C., December 11, 2018. Credit: Martin H. Simon / CNP | BRDPA20181211_2024 Washington Etats-Unis United States

Quelques jours plus  tôt,  revêtue à la sortie de la Maison Blanche,  d’un élégant manteau rouge brique, à la carrure affutée, une création  officiellement nommée Fire Coat (manteau de feu), elle venait de tenir tête au 45eprésident des États-Unis lors d’un entretien organisé dans le Bureau ovale et retransmis en direct à la télévision.

L’occasion pour Nancy Pelosi  de  réaffirmer son opposition à la construction  du mur à la  frontière mexicaine,  mais aussi de rappeler  son attachement au système de  santé mis en place par Barack Obama, et à l’éducation. Elle n’avait  également pas manqué de dénoncer l’impasse budgétaire qui a plongé une partie des administrations américaines dans le « shutdown », depuis le 22 décembre.

En devenant  le troisième personnage de l’Etat après le président et le vice-président, cette femme  qui dispose  de très  sérieux atouts  et a son franc parler,  donnera  sans nul doute  du fil à retordre à Donald  Trump  et aux républicains.

A suivre de très près !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.