COURSE A LA MAISON BLANCHE : UNE CANDIDATE DEMOCRATE TIRE LA PREMIERE

En annonçant en septembre qu’elle comptait se lancer dans la course à l’investiture démocrate pour défier en 2020, le républicain Donald Trump, dans la course à la Maison Blanche, Elizabeth Ann Warren, se trouve retenir plus particulièrement l’attention des observateurs aux Etats-Unis voire bien au-delà.

Première femme a avoir été élue sénatrice démocrate américaine du Massachusetts, le 3 janvier 2013, avec 53,71% des voix, Elisabeth Warren a ainsi rejoint les vingt autres femmes siégeant au Sénat américain.

Après la crise financière mondiale de 2007-2009, elle est devenue l’une des principales critiques de Wall Street. Elle continue d’ailleurs de plaider en faveur d’un renforcement de la réglementation et de la surveillance, notamment en rétablissant une règle qui séparerait les activités de banque de détail des activités de banque d’investissement plus risquées.

Née le 22 juin 1949 à Oklahoma City, cette femme politique et universitaire américaine, notamment ancienne professeur à l’université Harvard, spécialisée en droit du commerce, est l’une des personnalités les plus citées dans ce domaine.

À la fin des années 2000, elle a été reconnue par le National Law Journal et le Time 100 comme une figure montante dans le domaine des politiques publiques.

À la suite de la crise financière de 2008, elle a été nommée présidente du panel de surveillance du Congrès des États-Unis lié au plan Paulson. Sous la présidence de Barack Obama, elle est devenue assistante à la Maison-Blanche et conseillère spéciale au secrétaire du Trésor des États-Unis.

Dés 2011, Warren entreprend de participer activement à la création du Bureau américain de protection des consommateurs.

Egalement ancien professeur de la Harvard Law School, Elisabeth Warren a fait campagne aux côtés de la candidate démocrate à l’élection présidentielle Hillary Clinton en 2016, ne manquant pas de dénoncer entre autres la cupidité et la haine de Donald Trump.

Autant dire que ses convictions et son parcours lui permettent d’afficher haut et fort ses critiques à l’encontre de la politique menée par l’actuel 45e président des Etats-Unis.
Dans une récente vidéo, elle a ainsi exposé sa vision d’un chemin vers des opportunités pour tous les Américains, pas seulement les riches.

Dans un tweet, elle déclare que «Chaque personne en Amérique devrait pouvoir travailler dur, respecter les mêmes règles et être en mesure de prendre soin d’elle-même et des personnes qu’ils aiment».
Et d’affirmer dans un appel : «C’est pour cela que je me bats, et c’est pourquoi je crée un comité exploratoire du président. »

Traitée de Pocahontas* par Donald Trump qui cherchait à alimenter une controverse suscitée par son héritage amérindien lors de sa course au Sénat en 2012, Elizabeth Ann Warren, pourrait bien, en sa qualité de candidate démocrate à l’élection présidentielle de 2020 , donner du fil à retordre à l’actuel président des Etats-Unis.

En attendant que d’autres hommes et femmes, républicains et démocrates, fassent acte de candidature à la fonction suprême.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.